De soi à Soi

Je cesse de vouloir correspondre à la personne que je crois être. Je décolle les étiquettes qui me bouchent la vue et j'admire le panora-moi.



Je prends la décision d'aimer chacune des facettes qui font partie de moi, en prenant conscience que moi comme l'Univers sommes gouvernés par la loi de polarité : là où se trouve la lumière se trouve également l'obscurité. Je cesse de me battre contre ce qui ne me plaît pas en moi ou me fait peur, et je me découvre en entier, tantôt harmonieux tantôt chaotique. L'équilibre réside dans ce mystère. Aussi, j'accepte de ne pas tout contrôler et d'avoir parfois des émotions ou des attitudes que je juge indésirables. Dans ce lâcher-prise, se révèlent à moi d'autres vérités qui libèrent des émotions longtemps enfouies et réprimées, par peur de ne pas être aimables. Je ressens la profonde liberté de l'Etre qui incarne à lui seul l'Univers dans toute sa palette de couleurs.



  • Mise en pratique : se parler devant le miroir, un dialogue de soi à Soi


Tu vas dire que je déconne à plein tube, c'est un truc de cinglé de se parler à soi-même, y en a qui sont sous cachetons pour moins que ça... Je te dis pas de le faire en plein supermarché le vendredi à 18h, bien que personnellement, c'est pas ça qui m'interpellerait des masses, mais trouve toi un temps d'introspection pour te dire tout ce que tu penses de toi. Tout le bien, tout le mal, tous les non-dits, tout ce que tu caches ou ce que tu ne veux pas voir. A voix haute.


Se parler devant le miroir, ça aide à se rencontrer soi. Car littéralement, on se fait face. On se regarde bien dans le fond des yeux, et on se relie à la présence consciente qui nous habite.

Avec un peu d’entraînement, on perçoit des voix et d’où elles proviennent : de la tête, par peur, par envie de se conformer, d’être pareil que les autres ; du cœur, par envie de se réaliser, d’être qui l’on est et de s’aimer enfin en entier ; du corps, qui passe les messages des émotions et des mémoires présentes dans ses cellules.


On l’a tous fait un jour, de se parler à soi-même, de se nommer même, comme si notre présence débordait de notre personnalité : « euhh Carole, t’es sûre qu’on va comprendre ce que tu racontes là ?! » Mais qui parle à ce moment-là ? Une voix de dedans moi. D’où provient-elle ? Ma tête.


Un acteur en train de jouer une pièce ne peut pas à la fois être sur scène et dans le public. Physiquement en tout cas. Mais en lui, une présence bien plus vaste existe, et lui permet de voir plus grand. C’est l’âme, la présence, la conscience, appelle ça comme tu veux, ça n’a pas vraiment d’importance.


Ce qui est important, c’est de comprendre combien la Présence en nous a des choses à nous dire, à nous apporter.


D’expérience personnelle, à voix haute devant ma glace, je parle souvent en joute de ma tête à mon cœur. L’un dit quelque chose, l’autre répond et on part comme ça dans une conversation qui me permet de lâcher certaines croyances, dissiper certains brouillards, et me réaligner.


Le mental (la tête) n’est pas un ennemi à faire taire ou disparaître, mais une voix à entendre et à rassurer, avec son cœur.


Parle avec toi. Tes émotions, ton corps, tes mots, tous ont des messages pour toi, qui ne demandent qu’à être entendus.


Souvent on fait l’impasse sur certaines parties de nous, des parties sombres, inconfortables, insécurisées et insécurisantes. Ce dialogue de soi à Soi te permet d’allumer une torche et d’aller explorer ces zones obscures ou inconnues de toi. Les expérimenter t’amène à l’honnêteté et l’Unité.


N’aie pas peur surtout, aucune censure ou jugement sur les mots qui te viennent, ils ont besoin d’être dits, pour libérer les émotions, les mémoires encore trop vives de certaines blessures, et les attitudes fausses qui entretiennent simplement une image travaillée, et non vraie.


D’habitude quand on parle devant le miroir, c’est pour s’assurer qu’on incarne bien notre rôle : on répète un discours pour une conférence, on s’exerce à prendre des poses sexy… On est dans le monologue du soi, pas dans la conversation du soi à Soi.


Au contraire, dans cet exercice, je ne te demande pas de valider ta personnalité, ta façon de faire ou de discourir, mais de prendre contact avec le mouvement qui vit en toi, qui t’anime et qui génère des émotions, des sentiments, des pensées. Prendre contact avec ce mouvement, c’est comme aller toquer au bureau de l’Univers pour lui demander un entretien. Sans chichis.


Bref, il est temps qu’on parle, de soi à Soi.


© Carole Richter




0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout